Hommage au Major Aviateur Charles de Hepcée

 

Elles retrouvent le corps de leur père, héros de la Résistance, après une incroyable enquète.

C’est la fin d’une longue mais très belle et émouvante quête inspirée par l’amour filial de trois filles pour un père qui était un authentique héros comme soldat et résistant mais aussi pour une mère exceptionnelle qui les a élevées avec un grand courage après la perte de l’être cher. Ce mardi 24 juillet, le major aviateur Charles de Hepcée rejoindra la femme de sa vie au cimetière d’Halloy-Braibant, plus de soixante-huit ans après avoir été exécuté par la Division "Das Reich" près de Toulouse. Pendant des années, ses enfants, petits-enfants et arrière-petits-enfants n’ont eu de cesse de retrouver sa trace afin de le rapprocher de la baronne Micheline de Selys Longchamps qu’il avait épousée en 1936.
"Charley" de Hepcée est né le 14 mars 1911 à Bruxelles. Il gravit rapidement les échelons à l’Ecole royale militaire, considéré comme "un officier de grande valeur et un collaborateur précieux à tout commandement d’unité" . Appartenant à la 76e Promotion Infanterie et Cavalerie, il devient sous-lieutenant d’infanterie en 1932, avant de rejoindre l’Ecole aéronautique, comme cadre navigant; puis, comme capitaine.


"Faites selon votre conscience... N’y allez pas!"

Lorsque l’Allemagne envahit la Belgique le 10 mai 1940, il est commandant de la Ve Escadrille du IIIe Régiment d’aéronautique. Après avoir assuré des missions de défense et de reconnaissance, il dut se replier à la capitulation sur Tours puis Moissac et Dieupentale dans le Tarn et Garonne. Contre sa volonté, la Kommandantur lui ordonna de faire rentrer ses hommes en Belgique pour se présenter en uniformes avec leurs armes pour être envoyés dans les stalags. Dans un ultime message le capitaine précisait que s’il avait obéi aux ordres belges, il ne s’imposait pas de se soumettre à ceux de l’adversaire. Et conclut : "Faites selon votre conscience... N’y allez pas!... Habillez-vous en civil. Au revoir mes amis, que Dieu vous garde."
Charley n’était pas homme à se soumettre. Il quitta Bruxelles pour s’installer chez ses beaux-parents, à la campagne, à Halloy (Ciney), où il se mua en exploitant forestier. Une manière d’entrer en résistance pour faire du renseignement, récupérer des "colis", préparer des terrains de parachutage ou des passages en France ou en Angleterre. Il y fut aussi à la base de la création d’un home d’enfants en difficulté qui cacherait des enfants juifs.


La femme de chambre était une taupe chargée par les Allemands

Mais ça sentit le roussi après que sa belle-mère eut engagé une nouvelle femme de chambre qui s’avéra être une taupe chargée par les Allemands de surveiller le capitaine Charles de Hepcée mit donc le cap sur la France où, avec son ami Anselme Vernieuwe, il créa le réseau de renseignements "Rose-Claire". Objectif ? Renforcer un système de passage avec faux passeports, hébergements en France et contacts avec Londres pour assurer l’évacuation des personnes et des courriers.
Suite à un contact avec William Ugeux (Walter) revenu de Londres pour réorganiser les lignes belges en France, "Rose-Claire" devint un service du Poste de commandement belge qui s’intégra au groupe Zéro dont le terrain d’action s’étendit de la Belgique à l’Espagne en passant par Roubaix, Paris et Lyon. En 1943, de Hepcée, qui changea moult fois d’identité, fut chargé des Pyrénées-Orientales. Avec le Dr Schepens, de Hepcée et Vernieuwe organisèrent ce qu’on appela le passage de l’Iraty où une vieille scierie en déconfiture fut acquise par le groupe résistant afin de faire passer "colis" et documents par des bennes de transport de grumes entre la France et l’Espagne.

Charles de Hepcée et Anselme Vernieuwe

Ugeux appréciait de Hepcée : dans une lettre du 18 mai 1943 où il sollicitait la Croix de Guerre pour "cet officier dont les qualités de chef et de tranquille courage ont fait l’admiration de tous ceux qui ont travaillé avec lui", il soulignait que "sans son concours et son mépris absolu de la mort qu’il a manifesté chaque fois en traversant les barrages de polices française, allemande et espagnole, les services belges et alliés auraient été à plusieurs reprises coupés de la Grande-Bretagne".

Traqué par la Gestapo

Charley de Hepcée devait franchir les Pyrénées plus de douze fois et il passa la ligne de démarcation à plus de vingt reprises. Ce ne fut pas sans danger : début 1943, il était arrêté une première fois, près de Figueiras. Mais il s’échappa avec un compagnon d’infortune. En mars 1943, il se cacha pendant dix heures dans un torrent échappant à une seconde arrestation.
Traqué par la Gestapo, il ne lui restait qu’à gagner Londres. Le 13 mai, il y avait rejoint la section belge de la RAF avant d’être engagé au Comité d’application des transports de la Commission belge d’études des problèmes d’après-guerre et de devenir membre de la section belge de la New Commonwealth Society. Entre-temps, il reçut la Croix de Guerre 1940 pour "sa lutte active contre l’envahisseur tant dans les organisations de résistance que dans les services de renseignements".
Hélas, le 14 mai 1943, son épouse Micheline était arrêtée avec ses enfants et la nurse, à Allevard-les-Bains, dans l’Isère. Micheline de Hepcée fut emprisonnée à Fresnes et à Compiègne puis déportée à Neuengamme, Ravensbrück et Bergen-Belsen. Libérée en avril 1945, elle mit tout en oeuvre pour retrouver son mari. Charles de Hepcée n’apprit cependant son arrestation que le 6 novembre 1943 de la bouche d’un commandant Leprince qui fut soupçonné d’être un agent ennemi ! Quatre jours plus tard, son jeune frère Michel, pilote à la RAF disparaissait en vol...

La ligne Belgique-Londres

Malgré ces coups du sort, Charles de Hepcée fut intégré à la Mission Roch, chargé avec deux agents d’établir une ligne spéciale entre la Belgique et Londres que l’on voulait indépendante des réseaux existants. Arrivé à Lisbonne le 2 mars 1944, il regagna l’Espagne et passa les Pyrénées. Hélas, le 13 avril 1944, au lendemain de la transmission d’un dernier rapport rédigé depuis la commune ariégeoise de Couflens, volontairement induit en erreur par sa guide, de Hepcée se retrouva en zone occupée.
Arrêté par les douaniers SS Allemands, il tenta de se faire passer pour un aviateur américain essayant de rejoindre la Grande-Bretagne mais il était attendu dans la région sous son vrai nom. En outre, il transportait de nombreux documents, une carte de la région et de fortes sommes d’argent destinées aux réseaux. Remis à la Gestapo de Saint-Girons, il fut transféré à la prison Saint-Michel à Toulouse.

Ses enfants ne renoncèrent cependant jamais

C’est là qu’on perdit toute trace du capitaine. On apprendrait bien plus tard qu’après un mois de tortures et d’interrogations, Charley de Hepcée fut assassiné avec quatre "terroristes" français (selon les nazis ). Il semble que personne n’ait pu ou voulu dire ce que l’on fit de son corps. L’acte présumé de son décès fut dressé le 22 septembre 1952 mais les recherches officielles se poursuivirent pendant encore cinq ans.
Ses enfants ne renoncèrent cependant jamais sans savoir où se trouvait la réponse à leur interrogation : à Saint-Girons dernier lieu connu, dans un camp allemand ou polonais voire même en Belgique où il aurait été ramené ?

L’espoir devait renaître avec les progrès de l’identification des corps grâce aux analyses ADN. Mais encore fallait-il retrouver la dépouille. En 2007, une lueur se profila dans les ténèbres sous la forme d’un site Internet consacré aux réseaux d’évasions dans les Pyrénées. Annie Rioeu (Université de Toulouse) et deux chercheurs catalans y mentionnaient Charles de Hepcée. Au fil des mois, les déplacements se multiplièrent. En 2008, les descendants du disparu se retrouvaient à Son, le dernier village espagnol où il résida avant de franchir une dernière fois la frontière. Ils virent même "la belle chambre" qu’il y occupa dans la plus grande discrétion.

Les Martyrs du Bois de la Reulle - Georges Muratet

Le hasard (mais ce fut sans doute la Providence) fit qu’une erreur d’aiguillage amena la famille de Hepcée à Castelmaurou, un nom apparu plus d’une fois dans les archives concernant les recherches après la guerre. A la mairie, la préposée à l’accueil leur conseilla un livre écrit par un historien amateur local Georges Muratet sur les "Martyrs du bois de la Reulle". Celui-ci y raconta le parcours de 15, voire 24 personnes fusillées par la Division "Das Reich" tristement connue déjà par ses interventions à Oradour-sur-Glane et à Tulle.
Les corps furent exhumés à la fin de la guerre et après avoir été répertoriés, examinés et photographiés enterrés à Toulouse; mais en 1990, ils furent déplacés au cimetière de Castelmaurou. Cinq corps n’avaient pu être identifiés mais selon Muratet, l’un d’eux pouvait être celui d’un officier aviateur belge repris sous le nom de "Charles de Hepore".

"Il faut le consentement du défunt"

Le cœur des enfants de Hepcée n’en battit que plus fort et ils mirent tout en œuvre pour voir comment ils pourraient, grâce aux progrès de la science, faire le lien avec leur père. Hélas, il fallait un jugement pour obtenir une autorisation. Pire : pour faire la demande, il fallait faire la preuve que le corps à exhumer était bien celui que l’on recherchait et que le défunt avait donné son consentement préalable.

les filles de Hepcée

Or, la description des corps des fusillés avait été relevée lors de leur exhumation du bois, et l’un d’eux, le numéro 43 paraissait correspondre à celui de Charles de Hepcée sur le plan de la taille comme sur celui de la corpulence, mais aussi par rapport aux vêtements qu’il portait à sa sortie de prison à Toulouse. Il était aussi question de la présence d’un chapelet avec des médailles.
Restait un problème de date : selon les témoignages "le capitaine", encore qualifié de "René", était sorti de prison le 29 juin et avait sans doute été fusillé ce jour-là mais la fusillade du bois de la Reulle se situait deux jours plus tôt. Les témoignages allemands sur sa présence à la prison étaient tellement flous que le doute restait permis.

C’était sans compter sur la persévérance des Hepcée

L’année 2009 fut marquée par de nouvelles et nombreuses démarches. Pas très optimistes. Ainsi l’Institut médico-légal de Strasbourg fit savoir qu’une analyse ADN ne serait pas possible, le cas évoqué ne figurant pas dans la loi. Mais une lettre du ministère de la Justice (11 février 2010) fit savoir que dans ce cas-ci, il ne fallait pas saisir le juge. L’identification pouvait être analysée comme étant d’ordre historique et scientifique et il ne fallait pas avoir le consentement du défunt puisqu’il était décédé avant 1994, l’année où la loi fut votée. L’IML de Strasbourg souhaitait toutefois obtenir une réquisition officielle du tribunal de Toulouse.
Hélas, en 2011, un nouveau courrier émanant cette fois du ministère des Anciens Combattants annulait l’espoir d’obtenir une autorisation d’analyse ADN sur des militaires ou assimilés, fusillés pendant la guerre de 1940. C’était compter sans la persévérance des Hepcée, lesquels, grâce à la découverte de nouveaux documents, montrèrent que leur père était sorti de prison le 27 juin, le jour même de l’exécution au bois de la Reulle.
Après avoir obtenu l’autorisation du maire de Castelmaurou, l’exhumation a enfin pu avoir lieu le 21 novembre 2011, en présence des autorités communales, administratives, judiciaires et scientifiques mais aussi de Georges Muratet et de Rose de Hepcée accompagnée de son mari.
Après une ultime succession de démarches administratives, les laboratoires de Strasbourg et d’Epinal présentaient des résultats positifs : il y avait une filiation entre Rose de Hepcée et le corps numéro 43 des fusillés du bois de la Reulle.

Identification de Charles de Hepcée

La commune française de Castelmaurou a rendu hommage au Major Aviateur Belge Charles de Hepcée, samedi 30 juin 2012.

cérémonie à Castelmaurou

Le 24 juillet 2012, Charles de Hepcée a rejoint la femme de sa vie au cimetière d’Halloy-Braibant, plus de 68 ans après avoir été exécuté près de Toulouse.

funérailles à Halloy-Braibant

(texte Christian Laporte)

Page de photos de Mehdi Schneyders

Page de photos de André Bar

Article "Castelmaurou L'info" (France)

Le Chant des Partisans

 

Partenaires

 

 

Support

 

1911-1944